Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Le cheminement de Sylvie

Rencontre

le Lundi 23 avr 2018

Sylvie sait trouver les moyens de rencontrer l'autre


Laïque en mission ecclésiale au service du doyenné, Sylvie Renaut Delporte a un rayonnement contagieux. Rencontre.

Je ne peux m’empêcher de parler de Jésus-Christ et de me demander ce qu’il attend de moi » confesse tout de go Sylvie, valenciennoise d’origine, très à l’aise dans la relation humaine qu’elle conçoit comme un échange, un donner-recevoir. Depuis 2012, cette quadragénaire, maman de trois filles et un garçon, a la charge du service d’initiation chrétienne sur le doyenné, dont elle est membre de l’équipe d’animation (EAD) et de son conseil, avec une insistance sur les jeunes. Pour cela, l’épouse d’Hugues -directeur du service Urbanisme à la Ville de Valenciennes- a quitté un travail d’acheteuse technique dans le ferroviaire « qui me passionnait ». Mais l’appel à servir, « à franchir les barrières douanières de la foi comme y engage le pape François », a été le plus fort : « Je me sens à la bonne place, heureuse, aux côtés des prêtres Fils de la Charité qui m’accueillent dans leur presbytère (son bureau est au rez-de-chaussée, ndlr) et du réseau lasallien (l’école primaire Saint Jean Baptiste, rue A. Bultot, ndlr) où je donne un peu de temps en catéchèse ». Ses « classes », ou ce qu’elle nomme ses « heureuses providences », Sylvie les a faites avec la catéchèse à Saint Michel (Solesmes) et Saint Luc (Cambrai), où elle fut adjointe en pastorale, et les poursuit aujourd’hui auprès d’un groupe de catéchumènes confirmands qu’elle anime avec Bruno, laïc, et le père Théophane : « Ensemble, nous expérimentons l’inattendu de Dieu, l’Esprit saint qui souffle où et quand il le veut. C’est super, vraiment ! ».

Les clés et les codes

Sylvie avoue être tombée dans la foi catholique petite, grâce à sa famille. Ce qui la caractérise : bien connaître son territoire même si elle fut longtemps « sans paroisse fixe » (SPF !). Mais c’est bien le souci des plus petits qui guident son agir et son humeur, rieuse et chaleureuse ! Bien qu’habitant aujourd’hui à Villers-Pol, dans le rural, elle pratique sur s paroisse valenciennoise, avec les kilomètres que cela implique. « Je ne pourrais pas faire autrement » dit-elle, vous partageant nombre d’anecdotes vécues au supermarché, avec ses enfants, à l’accueil de la paroisse, ou lors des baptêmes d’adultes, des funérailles… « Comment être signe d’Eglise dans nos quartiers où les gens ne comprennent plus notre vocabulaire, ne possèdent ni les clés ni les codes, ne sont même plus au seuil mais bien plus loin encore ? Quelle première annonce faire ? Quelle conversion vivons-nous nous-mêmes car ces personnes qui ne rentrent pas dans nos cases et shémas nous disent beaucoup de Jésus-Christ… A nous de faire des passerelles, de donner à voir, d’être pour-dans-avec les communautés… Nous devons nous décloisonner pour être en vérité ». Pour Sylvie qui dit « travailler pour Jésus-Christ », nous avons à suivre « le chemin, la vérité et la vie que Celui qui s’est risqué à prendre notre humanité incarne si bien ». Cela passe les motards accueillis lors du pélé annuel de Notre Dame du Saint Cordon, qu’elle ne manque jamais, ou par la visite des personnes âgées dans les EHPAD qu’elle entreprendra bientôt avec son chien blanc Meïko formé à être « chien visiteur » grâce au clicker training, une méthode d’éducation canine durant laquelle on récompense le bon comportement du chien.

Ph. C

Article publié par francis bar • Publié Lundi 23 avril 2018 • 201 visites

Haut de page